31e Visa pour l’Image – Perpignan

31.08.19 → 15.09.19

Mexique, Venezuela, Égypte, Libye, Algérie, Corée du Nord, Chine, Russie, Syrie, Bangladesh, Hongrie ; ces pays – liste malheureusement non exhaustive – sont connus depuis très longtemps pour leurs atteintes diverses à la liberté de la presse. On pourrait y ajouter Malte, ou même encore l’Irlande du Nord. Il y a eu certes quelques rares bonnes nouvelles. Wa Lone et Kyaw Soe Oo, deux journalistes de Reuters qui enquêtaient sur le massacre de dix civils rohingyas, ont bénéficié d’une amnistie présidentielle. Shawkan, en Égypte, est en liberté surveillée. Shahidul Alam au Bangladesh est – pour le moment – libre de ses mouvements. Le nombre de journalistes tués, blessés ou emprisonnés est, chaque année, très impressionnant. Il faudrait les citer tous.
À ce jour, depuis le début de l’année, 20 journalistes ont été tués. 341 sont en prison. Les chiffres donnent le vertige. Plus près de nous, on voit des journalistes pris à partie, tabassés par des manifestants ou des forces de l’ordre, sans que cela ne semble émouvoir personne. Se battre pour conserver la protection des sources. Il faudra, un jour ou l’autre, que l’Union européenne et même les Nations unies se mettent enfin d’accord pour définir qui est journaliste ou non. La carte de presse, dont l’attribution varie d’un pays à l’autre, doit faire l’objet d’une uniformisation afin que tous les journalistes aient enfin les mêmes droits, ce qui implique bien évidemment les mêmes devoirs. Mais la tendance actuelle ne va pas dans ce sens. Les politiques – même dans les grandes démocraties, cela pose question – reprochent de plus en plus facilement aux journalistes de faire leur travail, qui les embarrasse si souvent. Le public a de moins en moins confiance dans les médias. Il faudrait tout remettre à plat, s’interroger, afin de regagner cette confiance. Car l’information, le droit d’enquêter en toute liberté et en toute honnêteté, reste l’un des piliers de la démocratie. Cela semble une évidence. Il est tout de même nécessaire de le rappeler.
À Perpignan, nous continuons à montrer l’information du monde. Parce que nous y croyons toujours. Plus que jamais.

Jean-François Leroy
juillet 2019

 

LES EXPOSITIONS
Cyril AbadIn God we trust : Voyage au cœur des excentricités de la foi aux Etats-Unis
Lynsey AddarioMortalité maternelle
Guillermo AriasLa caravane
Valerio BispuriPrisonniers
Patrick Chauvel50 ans sur le front
Olivier CoretLes gilets jaunes
Abdulmonam EassaLa fin inespérée du siège
Éric HadjLundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, gilets jeunes, dimanche
Ed JonesLes deux Corées, voyage à travers la Péninsule
Alain KelerJournal d’un photographe
Adriana Loureiro FernandezParadis perdu
Kirsten LuceLa face cachée du tourisme de la faune
Pascal MaitreSahel en danger, une bombe à retardement
Laura MortonUniversity avenue
Frédéric NoyLa lente agonie du lac Victoria
Louie PaluLe réseau d’alerte avancé
Ivor PrickettLa fin du califat
Brent StirtonRangers
Kasia StrekLe prix du choix
Goran TomasevicUne autre guerre civile en Libye
Lorenzo TugnoliLa crise au Yémen
Dar YasinCachemire : une guerre sans fin
Alvaro Ybarra Zavala1984 Venezuela
Presse Quotidienne Internationale

Visa d’or
Visa d’or Paris Match News : Guillermo Arias
Visa d’or Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, catégorie Magazine : Frédéric Noy
Visa d’or de la presse quotidienne : Libération (France)
Visa d’or humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) : Abdulmonam Eassa
Visa d’or d’honneur du Figaro Magazine : William Albert Allard
Visa d’or de l’information numérique franceinfo : Lorenzo Tugnoli

Prix
Bourse Canon de la femme photojournaliste : Anush Babajanyan
Prix de la ville de Perpignan Rémi Ochlik : Adriana Loureiro Fernandez
Prix Pierre et Alexandra Boulat : Axelle de Russé
Prix Photo Fondation Yves Rocher : Nadia Shira Cohen
Prix Camille Lepage : Thomas Morel-Fort
Prix Ani-Pixtrakk – 10 ans ! : Nicolas Krief

Crédits photos

© Guillermo Arias / AFP
© Abdulmonam Eassa
© Louie Palu / National Geographic
© Dar Yasin / AP

Photo en Une : © Frédéric Noy

Informations

Visa pour l’Image – Perpignan
Couvent des Minimes
Rue Rabelais
66000 Perpignan

visapourlimage.com

Entrée libre

Contacts

Sylvie Grumbach
Martial Hobeniche
Daniela Jacquet
Valérie Bourgois
visapourlimage@2e-bureau.com
+33 1 42 33 93 18

Téléchargements

PROJECTIONS (pdf)
AGENDA : rencontres, conférences, signatures de livres, visites d’expositions, … (pdf)
LECTURES de PORTFOLIOS (pdf)
TRANSMISSION pour L’IMAGE (informations et inscription, pdf)
WHO IS IN PERPIGNAN (du 7 septembre 2019, pdf)