Azzedine Alaïa – Peter Lindbergh

Paris ·

A l’occasion de la première exposition de l’année 2021, la Fondation Azzedine Alaïa est heureuse de célébrer deux talents qui ont écrit une page de l’histoire de la photographie et de la mode.
Les œuvres de Peter Lindbergh et celles d’Azzedine Alaïa sont réunies et conversent dans une communauté d’esprit qui n’a jamais faibli.
Comme des rencontres artistiques qui ont soudé Richard Avedon et Christian Dior ou encore Yves Saint Laurent et Helmut Newton, Peter Lindbergh et Azzedine Alaïa ont trouvé un territoire commun où chacune de leur expression se veut le re et de l’autre.
Sans mot dire, le photographe et le couturier se sont retrouvés dans l’affection pour le noir qu’ils cultivent de manière égale en tirages argentiques ou en aplats vestimentaires. Lindbergh ne cesse d’appeler le noir et le blanc pour signifier sa recherche d’authenticité des visages qu’il met en lumière. Alaïa puise dans le monochrome des vêtements intemporels, véritables sculptures pour le corps.
Chacun d’eux trouve alors cette impression de réalisme poétique qui magnifie les personnalités avant de satisfaire leur ambition créative. Bien que de géographies opposées, Lindbergh et Alaïa ont cultivé des horizons proches.
Originaire de Duisbourg, une ville située en Allemagne qui regarde sans peine les Pays Bas, Peter Lindbergh a été formé à l’École d’Arts Appliqués de Krefeld. L’École d’Azzedine Alaïa est celle des Beaux-Arts au département des sculptures à Tunis où le couturier a grandi. Les façades blanchies à la chaux qui renvoient les ombres profondes de passants ont accompagné la Tunisie d’Alaïa. Les architectures que Duisbourg, ville industrielle et commerciale possède, servent de cadre au photographe autant que les plages néerlandaises qu’il fréquente. Tous deux partagent le goût pour les grands horizons qu’ils soient de méditerranée ou du Nord, où parfois l’usage des noirs en aplats dialoguent en complicité. Alors que Lindbergh se fait une réputation en Allemagne notamment grâce au magazine Stern, puis installe son studio à Paris en 1978, Alaïa est ce couturier pétri de discrétion dont les techniques sophistiquées s’échangent secrètement entre grandes clientes de haute couture. Bientôt ce garçon allemand épris de photographie noble et ce jeune homme d’origine tunisienne aux ciseaux éclairs écriront les plus beaux chapitres de la mode parisienne et française.

sous la direction de Benjamin Lindbergh et Olivier Saillard
Avec le soutien de la Fondation Peter Lindbergh

Crédits photos

Azzedine Alaïa & Linda Spierings, Le Touquet, 1986 © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh Foundation, Paris)

Tatjana Patitz & Linda Spierings, Le Touquet, 1986 © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh Foundation, Paris)

Marie-Sophie Wilson, Paris, 1988 © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh Foundation, Paris)

Azzedine Alaïa & Tina Turner, Paris, 1989 © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh Foundation, Paris)

Photo en Une : Peter Lindbergh, Kristen McMenamy & Azzedine Alaïa, Paris, 1995 (courtesy Peter Lindbergh Foundation, Paris)

Informations

Galerie Azzedine Alaïa
18 rue de la Verrerie
75004 Paris

fondationazzedinealaia.org

Ouvert tous les jours de 11h à 19h
Tarifs : 7€
Tarifs réduits : 2€
Métro : Hôtel de Ville

Contacts

Sylvie Grumbach
Marie-Laure Girardon
alaia@2e-bureau.com
+33 1 42 33 93 18

Téléchargements

Visuels presse

Dossier de presse (pdf)